Sans Maître depuis maintenant plus de 4 mois et sans vrai désir d’un avoir un à nouveau, je chatte régulièrement avec un domino peu présent à la capital. Je l’ai connu avant d’être disponible et il a su être drôle quand j’étais soumise, gentil et patient quand je ne l’ai plus été. Surtout, il a beaucoup d’esprit et dialoguer avec lui à distance m’amuse beaucoup. Avec lui, je me sens pétillante, c’est un vrai plaisir.

Nous avions convenu depuis belle lurette que ma première sortie en club nous la ferions ensemble. Voici qu’il décide de venir à la fin du mois de septembre. Nous complotons ensemble notre petite soirée. Pas beaucoup de consignes sur la tenue, il n’ignore pas que je sais à peu près comment faire. Mon problème c’est que la soirée est axée fétiche et exige un dress code. Il me demande juste de porter le collier ce soir là. Mais je n’ai ni cuir, ni vinyl, ni latex. J’ai un physique un peu difficile à loger dans les petites choses serrées proposées aux dames de mon acabit. Quelques semaines avant la soirée, je me suis mise en recherche d’une tenue cuir, seule tenue pour laquelle je peux espérer trouver des vêtements à ma taille. Je regarde dans les boutiques du quartier où je travaille. Ouf ! Je dégote une veste en cuir, pour la jupe c’est plus compliqué, que des jupes droites ! Mon tour de taille et mon tour de cuisse sont assez incompatibles avec ce style. Je désespère de trouver le minimum requis pour ne pas me faire refouler à l’entrée du club en question. Pendant trois semaines, j’explore toutes les boutiques possibles, et la veille, o miracle, je vois une jupe qui me parait convenir. Bingo, j’ai ma tenue complète.

Le jour est arrivé, nous nous retrouverons pour dîner au restaurant puis nous irons à pieds à notre soirée.

Je me prépare tranquillement, épilée de frais la veille, j’enfile les bas porte-jarretelles, les chaussures, je mets les anneaux à mes grandes lèvres, puis les bijoux de seins. J’enfile mon soutien-gorge de soumise, noir avec des petits rubans rouges. Voila pour le dessous, un chemisier noir, ma fameuse jupe de cuir, pour le dessus. Des bijoux classiques pour la parade. Petit maquillage léger, me voici prête à rejoindre mon gentil partenaire au restaurant. J’enfile la veste de cuir, mets le collier souhaité et quitte la maison.

La voiture est garée, je ne me sens pas très à l’aise dans ma tenue et j’enfile un petit imper léger pour sortir du parking. Je me rends à notre lieu de rendez-vous, mon portable sonne, il arrive. Je l’attends avec impatience, je me sens un peu étrange et décalée.

Nous allons dîner dans une brasserie très chaleureuse. Nous entrons, choisissons notre table pour être un peu tranquille. Je retire mes peaux, l’imperméable, la veste en cuir, et m’assieds sur la chaise. Je regarde mes cuisses, la jupe est remontée et je vois le haut de mes bas et mes cuisses sont découvertes. Je me sens un peu gênée. Mais finalement nous conversons tranquillement, de soumission mais de bien autres choses aussi. Je dois me lever par deux fois pour aller au lavabo, exercice périlleux, je redescends très vite ma jupe et vérifie ma tenue à chaque fois. Etrange cette pudeur pour quelqu’un qui se dit exhibitionniste. Je n’y peux rien je suis comme cela.

Le repas terminé, nous sortons et nous dirigeons vers le club, j’ai abandonné l’envie de mettre l’imperméable. C’est le moment que choisit mon cavalier pour me demander de porter le collier. Je suis un peu émue et j’en oublie de retirer celui de ville. Ce sera fait un peu après à sa demande.

Nous arrivons au club, passage devant l’accueil, j’entends la phrase délicieuse « pour moi il n’y a pas de problème ». Ouf, je pénètre pour la première fois dans un tel lieu. Vestiaire, je lâche ma veste et mon sac, j’ouvre discrètement mon chemisier, il m’avait dit, chemisier transparent ou très ouvert. Pas de transparence dans ma garde-robe, c’est donc le chemisier ouvert que j’explore les lieux. Je me sens bien, je peux regarder les personnes qui me regardent et cela sans vraie gêne.

Nous prenons un verre et allons visiter les différents lieux proposés. Une cave, une démonstration de bondage très artistique, des créatures fétichistes surprenantes, des bruits de fessée ou de fouet, je n’arrive pas à dire de quoi il s’agit exactement. Ce monde m’est étranger mais en même temps très familier. Nous nous asseyons pour admirer les scènes et mon initiateur entreprend de me caresser les jambes tout en m’embrassant. La jupe est assez serrée et je ne lui facilite pas trop la vie, il n’atteint pas le mont de Vénus et pourtant je l’avais préparé pour qu’il soit vu. Peut-être est-ce trop tôt ?

Nous nous levons, allons assister à une gentille animation, puis retournons vers le sous-sol. Nous nous dirigeons vers les pièces plus sombres. Un homme vient de se faire fesser par une domina, il reprend son souffle, il est éprouvé mais à l’air complètement heureux. Nous entrons dans la petite pièce devenue libre. Nous nous asseyons et recommençons notre jeu d’embrassade et de caresse.

Voici que maintenant je me trouve confrontée à mon fantasme, un homme, probablement soumis, vient se mettre à mes pieds et commence à me caresser. J’adore cela, je suis complètement affolée et en même temps très excitée, j’embrasse de plus belle mon compagnon et lui murmure à l’oreille « il y a un homme qui me caresse », comme s’il ne l’avait pas vu. Il me tranquillise et me dit que si cela me plait il faut le laisser faire. L’homme remonte doucement sur mes jambes, mes cuisses, n’arrive pas à passer sous la jupe. La tentation me prend de lui faciliter la tâche et de me présenter à quatre pattes comme la soumise que je suis, mais je ne passe pas le cap. Il continue sa progression et vient caresser mes seins complètement dénudés maintenant. Il me les pince doucement aussi. Je tourne ma tête vers lui en gémissant, petit baiser chaste sur les lèvres et nous continuons notre jeu.

L’animation de la soirée reprend et nous appelle à l’étage supérieur, nous interrompons notre jeu et grimpons l’étage pour nous rendre au spectacle. Je m’accroche à mon compagnon et voici que mon gentil caresseur vient se coller de nouveau à moi. Il recommence son jeu, mais nous sommes debout. J’aime décidément cela, mes seins apprécient particulièrement d’être explorée ainsi, une main caressant mon buste s’insinue doucement sous la jupe. Et puis, le Maître décide qu’il n’est plus temps de jouer et le signifie doucement. Mon caresseur disparaît. Dois-je dire que je le regrette ? Je ne l’ai pas fait sur le moment, je crois que c’est le Maître qui a raison, pas trop vite !!!

Nous nous promenons un peu dans les lieux et partons tranquillement.

Retour en voiture, nous allons chez moi, je sais que la soirée n’est pas terminée. Nous entrons dans l’appartement, j’ôte mes chaussures, défais mes vêtements, et me mets aux pieds de mon guide. Il vient me caresser les fesses avec le martinet. Celui-ci est mon ami depuis longtemps maintenant, j’adore sa caresse piquante. Je suis fessée généreusement mais sans violence. Juste comme il faut, et comme j’aime. La douleur pas trop soutenue participe à mon plaisir. Je suis sa soumise ce soir, il a droit d’user de moi comme il le souhaite et il le sait. Il se place devant moi et me dit que j’ai été à la hauteur de la situation et qu’il me donne l’autorisation de le sucer. Ce que je fais sans tarder. J’enfourne son sexe dans ma bouche et commence à le sucer avec volupté. Mais je perds le contrôle assez rapidement, il maintient ma tête sur son sexe et me l’enfonce jusqu’au fond de la gorge. Je n’ai pas l’habitude de ce traitement, il est le maître et me le fait sentir. Je suis un peu paniquée car j’ai du mal à supporter ce contact au fond de ma gorge, je manifeste mon malaise en bougeant la tête de droite à gauche, mais il me maintient toujours plus fermement,  je respire très fort et un peu difficilement. Voici le moment qu’il choisit pour jouir en moi !!!! Dans la contrainte et je ne lui en veux pas, la soumise est de nouveau présente et remercie le Maître en embrassant sa main.

Tu dormiras toute la nuit avec le collier, me dit-il, et cela me plaît.

Septembre 2006

Par Emoisdelle - Publié dans : 2ème période
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Images Aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés