Elle est parisienne, il est toulousain. Ils aiment à échanger leurs impressions sur le net et savent que rien n’est vraiment possible entre eux. Et pourtant …

Un jour elle part en déplacement pour son travail. Direction Toulouse. La tentation est forte, va-t-elle le prévenir, ce complice de chat, cet amoureux du champagne ? Juste avant de partir, elle lance une bouteille à la mer. Je serai à Toulouse ce soir, j’arrive à 19 heures et je dors à l’hôtel « Nos rêves, rue de l’espoir, chambre 69 ».

Elle part sans grand espoir que son message change le cours de sa vie. Et pourtant …

Arrivée à l’aéroport, elle est accueillie par ses correspondants, ils la prennent en charge et l’emmènent dîner. Dîner gastronomique, arrosé au Champagne. Repas convivial mais très professionnel. Elle sent que ses sens se réveillent au fur et à mesure du repas, mais le travail est le travail et pas question de draguer qui que ce soit dans le boulot. Elle va finir sa nuit seule dans sa chambre. Et pourtant …

Elle a tellement envie de se lâcher, qu’aussitôt dans le taxi qui la ramène à son hôtel, elle commence à ouvrir son chemisier, d’abord discrètement. Elle a mis un soutien gorge, travail oblige, il la bride. Le chauffeur la regarde en souriant et l’invite à se mettre à l’aise. Alors n’y tenant plus, elle extirpe très naturellement ses seins de leur étui. L’œil de son compagnon de route devient brillant. Boulot certes, mais elle est avant tout une chienne. Ses dessous ? Un petit porte-jarretelles et des bas résilles. Pas de culotte. Elle s’affale sur la banquette et écarte les jambes. Le chauffeur n’arrête pas de la regarder. Il se délecte de ce spectacle tombé sur lui comme la providence. Elle se caresse doucement tout en rêvassant. La voici arrivée rue de l’espoir. Elle se penche vers le chauffeur, jambes écartées, il encaisse la course, la gratifie d’une caresse sur la chatte et reprend son chemin, la tête dans les étoiles. Elle va bien finir sa nuit seule. Et pourtant …

Elle rentre doucement dans l’hôtel, demande sa clef à la réception, monte doucement les escaliers en ondulant des hanches. Sa jupe un peu courte laisse entrevoir ses bas et l’absence de culotte. Les regards interloqués la suivent. Ses seins sont caressés par le chemisier qu’elle n’a pas refermé. Elle est si chaude. Toute mouillée. Elle va finir sa soirée à se caresser seule devant la télé. Et pourtant …

Elle met la clef dans la serrure, bizarre la porte n’est pas fermée à clef. Elle pousse doucement la porte et s’introduit sans faire de bruit dans son antre provisoire. Elle pousse la porte derrière elle. Soudain, elle perçoit une présence. Elle sait, c’est lui, il est là. Il a reçu son message et est venu à sa rencontre. Elle reste quelques instants dans le couloir. « C…. tu es là ? » dit-elle. Un petit grognement pour lui répondre. Oui, il est là. Elle pose ses affaires dans l’entrée et pénètre dans la salle de bain. Elle sait ce qu’il aime par-dessus tout.

Elle partage ces envies régulièrement avec lui sur le chat. Elle fait tomber sa jupe et son chemisier. Miracle, la salle de bain est somptueuse. Elle se place dans la douche et commence à faire couler l’eau à côté d’elle. Il arrive, il est nu, il a compris ce qu’elle va faire. Il ne veut pas rater cet instant. Il se précipite à ses genoux et vient coller directement sa bouche sur son sexe. Elle n’a pas encore commencé à vider son trop plein de champagne. Elle attend un peu. Il la regarde implorant, elle pousse son pubis en avant, écarte les cuisses et lui sert son breuvage préféré directement au robinet. Son jet n’en finit pas, il s’écarte un peu et la caresse en même temps qu’elle pisse. Son clitoris est très sensible. Elle est au bord de la jouissance mais elle le repousse pour rester encore un peu dans cet état.

A toi, dit-elle en se retournant, arrose-moi. Mais elle a oublié que c’est un Maître et qu’elle ne peut pas lui donner d’ordre. Il lui demande de rester dans cette position et s’en retourne dans la chambre. Il en revient habillé et commence à lui administrer une correction pour avoir voulu lui dire ce qu’il devait faire. Non seulement, il ne lui pissera pas dessus mais elle va recevoir 50 coups de martinet pour avoir voulu le dominer. Elle adore se faire fesser et apprécie la punition autant qu’elle la craint. C…. est un Maître en la matière, il la touche comme il faut, la où il faut. « Penche toi, chienne et écarte tes fesses ». Quelques coups sur le sexe, l’échauffe et la font gémir. Elle est prête maintenant à recevoir le gode qu’il lui a préparé. Il la fourre avec cet engin et lui enfonce un plug dans les fesses. Il l’entraîne maintenant dans la chambre. « A quatre pattes, allons ne fais pas la fière je sais ce que tu aimes ».

Quelques coups de martinet et il appelle le garçon d’étage pour commander du champagne. Encore !!! Décidemment c’est le breuvage du jour. Le garçon frappe à la porte, C…. lui dit de rentrer. Surprise du garçon de la voir ainsi. C…. ne tarde pas à remarquer la bosse dans son pantalon pendant qu’il dégoupille l’engin. Il va lui glisser un mot à l’oreille. Le jeune homme s’approche d’elle, défait sa braguette et lui fourre son sexe dans la bouche. Elle va le servir comme il faut. C…. est émoustillé de la situation et retire le plug pour loger son pieu à la place. Elle est besognée des deux côtés. Ca lui plait bien. Ca lui plait trop, il stoppe le garçon et lui ordonne de s’en aller. « Tu aimes trop ça, je vais t’empêcher de te toucher pour jouir ». Il prend les liens qu’il a amenés et lui attache les mains derrière son dos. Il la fait allonger sur le lit. Jambes écartées, il lie ses chevilles aux barreaux du lit. Son sexe est offert et ouvert. Il la contemple longuement. Le gode sort un peu et se rappelle au bon souvenir du Maître. Il l’agite dans la chatte de la belle. Elle se tord un peu pour accentuer ses sensations, mais il la maintien pour ne pas la laisser faire.

Les pinces, oui, les pinces sont là aussi, il va en chercher quelques unes et lui en place sur les seins et les lèvres. Douloureux, elle a du mal à supporter depuis toujours. Mais il veut laisser sa marque dans son esprit. Elle supplie, C…. s’il te plait libère moi, je n’en peux plus. Alors parce qu’il est aussi sensible à sa douleur, il la dégage de ses pinces. Il est à genou au dessus d’elle et soudain il a envie de la prendre toute. Il la détache, les bras, les jambes et s’engouffre dans sa béance. Il la baise la chienne. Elle s’enroule autour de lui. Il se dégage et reprend le dessus. « Tourne toi », il lui ôte à nouveau le plug et la sodomise longuement et avec force. Il sort, se caresse quelques instant et jouit sur ses fesses dans un râle de lion. Il s’écroule sur elle. Elle est encore insatisfaite et va pour se lever. Non, reste là, sa main vient et se rapproche de sa chatte. Des doigts d’or, il a des doigts de fée. Il caresse légèrement mais fermement son bouton et l’amène à la jouissance. Elle explose.

Leurs corps fatigués s’entremêlent et partent dans une courte nuit de sommeil. Demain, il faut travailler. Il la retrouvera à l’aéroport pour lui dire au revoir. Elle a promis de ne porter ni soutien gorge ni culotte pendant la journée et de s’introduire son plug dans le cul dès le matin. Il veut toucher sa mouille en guise d’adieu.

 

Dringgggggggggggg. C….. se réveille, C….. sa compagne lui souhaite son anniversaire. 50 ans aujourd’hui, voilà qui méritait bien qu’une chienne soumise et fidèle à un autre Maître lui offre un joli cadeau. Une histoire fantasmée. Et pourtant….

Janvier 2006

Par Emoisdelle - Publié dans : Fantasmes
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Images Aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés