Echange de mails dans la journée… Maître J. est fatigué ce soir, il pense qu’il ne va pas passer comme cela était convenu.

Déception !!! Mais il précise en signant « Maître fatigué ayant besoin de revitalisation… »

Chic… il m’a promis quelques coups de cravache aussi je le provoque en lui disant que je l’attends avec les cravaches… Et oui, il y en a deux à la maison à présent… Il viendra… Je rentre du travail un peu fatiguée mais heureuse de voir mon Maître ce soir. Je me prépare, je prépare la maison aussi, j’ai le temps…

J'ouvre la porte. Il entre. Je suis prête, bas résilles, porte-jarretelles, culotte fendue, une tunique transparente serrée à la taille.

 

Mon compte est bon !

60 coups !!! C'est ce qu’il me reste à subir. Mon Maître m'a dit qu'il me les donnerait par deux... Le châtiment durera moins longtemps ainsi, même s'il est plus intense. Quelle générosité !

Pas le temps de se poser que me voici penchée en avant, la tunique dans le dos, les deux premiers coups tombent, puis deux autres, encore et encore ! Comment, je ne compte pas ? Si, si, 4... Non, je dois reprendre au début ! Je reprends le compte à l'origine 1, 2, 3... 20...

 

Premier arrêt. Première caresse. Pourquoi diable, n'ai-je pas compté de deux en deux ? Mon Maître est surpris de mon manque d'à propos. Il me le dit et repart pour une série... Et moi de recommencer 1, 2, 3... J'ai de plus en plus mal... Ma fesse droite est très douloureuse. Je crains le moment du contact des cravaches. Mon Maître vérifie mon état et me fouille. Non, je ne mouille pas, je ne suis pas maso... Et pourtant !

 

Il m'ordonne de me caresser pendant qu'il continue les séries. J'obéis et je compte... Toujours un par un. Pourquoi donc ? Etrange cette obstination à vouloir doubler ma punition. Je me tords un peu pour éviter l'impact des cravaches, rien y fait, elles touchent leur but sans faillir.

Je me cambre, je me caresse difficilement, trop préoccupée à supporter ces nouvelles sensations. Accepter la douleur persistante sans me rebeller. Oufff... J'arrive à 60... J'ai mal... Mes fesses sont chaudes et douloureuses mais j'ai tenu. Le compte est bon !

Mais voila, mon Maître a pris goût à l'affaire et après m'avoir caressé doucement les fesses, reprend une série de 20. Vaine tentative de ma part de compter deux par deux. Pas question on finira sur le même mode. J'ai choisi une fois pour toutes. J'ai mal et je ne fuis pas. Je plie sans broncher au désir de mon Maître.

Cette fois c'est fini. Plus de cravache...

 

Mais mes fesses ne sont pas quittes pour autant.

Me voici mains sur le divan, croupe dégagée. Je vais être chevauchée par mon Maître, je le sens. Tout mon être lui appartient, il en dispose à sa guise.

Il s'approche. Son dard cherche l'entrée du vestibule. Mais pourquoi suis-je aussi serrée ? Maître, vous m'avez interdit de mettre moi même le rosebud quand vous venez à la maison ! C'est juste mais

qu'à cela ne tienne ! Vous forcez ma porte. Vous m'envahissez, me voila tout à fait prise, défoncée par votre sexe ! Je vous sens me labourer les entrailles.

Maintenant, je mouille Maître, mais vous oubliez ma chatte, ce soir c'est ma consonne qui vous plait !

Je n'ai qu'une idée en tête, vous servir tout à fait. Vous m'écrasez de tout votre poids, pesez sur moi toujours ainsi !!!

Et puis votre explosion !

Et puis mes larmes d'être à vous ainsi !

Et puis le retour au calme !

Et puis la tendresse !

Et puis les mots de notre livre !

Et puis notre sommeil !

Et puis notre réveil sur le ciel et mes fesses… bleus !

 

Maître, je porte vos marques fièrement ! Aucune tentative d'évitement, aucune tentative d'effacement ! Je les aime !


Juin 2008 

 

Par Emoisdelle - Publié dans : 3ème période - Communauté : SM: Domination/Soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Images Aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés