J'ai rêvé d'un lit aux barreaux de fer.

Un lit où vous pourrez m'enchainer. Me lier. M'attacher. M'écarteler. Me posséder. Me donner aussi... faire de moi votre objet de plaisir. Un lit où je hume les odeurs d’agrume, reliefs des soins que je vous apporte quand vous avez besoin de tendresse.

Un radeau de fortune où nous embarquerons pour de nouvelles aventures. Vers ma nouvelle servitude pour vous qui usez de mon corps et qui réclamez son miel.

Je serai votre ! J'apprendrai à supporter les entraves, à vous faire honneur.

En l'attendant, je rêve...

 

Je m'imagine mains et pieds liés à ces montants de fer, jambes ouvertes laissant paraître mon mont si lisse. Vous, occupé à d'autres tâches, m'ignorant volontairement.

Vous passez à côté de moi et lancez un regard amusé sur ma chatte si luisante en attente de vous. Repartez, je vous entends. Votre petit manège me met les nerfs à fleur de peau.

De retour une nouvelle fois, vous vous décidez... approchez doucement. Une boule, puis deux, trois et la quatrième... vous la logez un peu plus bas. Voilà de quoi me faire patienter.

Vous vous éloignez à nouveau... Que c'est difficile d'attendre votre bon plaisir. J'ai envie de votre corps sur le mien. Que vous disposiez de moi. Mais ce n'est pas votre heure.

Un long moment passe, vous êtes sorti puis revenu. Vous ne pénétrez plus dans la chambre. Je désespère, allez-vous me laissez ainsi tout le jour ? Peut-être même la nuit !!! J’ai le temps d’admirer ce lit dont j’ai tellement rêvé.

Il est vert foncé. Plutôt sobre. Aérien, léger. J’aime les lignes pures. Un peu carré donc, mais ses pieux porteurs sont ronds… avec de petites boules à chacun des sommets. Il s’intègre parfaitement dans la pièce. Carré et rond, quel  curieux mélange. La régularité de certains de ses barreaux évoque des fenêtres de prison et leur envolée permet de penser qu’il s’agit d’une prison acceptée, consentie. Ils sont utiles, retiennent la couche et les couvertures. Très tranquillement sans précipitation, ils assurent le contrôle de la situation. Vous pourrez les utiliser pour m’enchainer comme vous aimez. Et puis, la rupture, les lignes droites érigées vers le ciel se cassent, se mettent en losange… Y aurait-il un peu de désordre dans ma tête pour que j’aie opté pour une telle structure ? Ce n’est pas impossible, un brin de rigueur mêlé avec un grain de folie… C’est un peu moi aussi…

Et ces odeurs qui me viennent aux narines, les huiles de vos massages… Je les ai choisies avec soin, capiteuses et pétillantes. Je m’imagine surplombant votre dos et vous caressant avec volupté. Vos fesses d’albâtre, votre dos si velu et si doux… Cette odeur imprègne notre couche… Notre lit de bonheur. Je me détends tout à fait. Ouverte et prête à vous servir sans résistance aucune.

 

Me suis-je endormie ? Il fait nuit maintenant.

 

J'entends des pas... Je suis dans le noir, je ne distingue plus rien. Une main vient caresser mes seins. Elle s'active, me pince les tétons. Que c'est douloureux ! Des lèvres s'en approchent, les sucent, les mordillent. Soudain, plus rien ! Je suis en attente, excitée et inquiète à la fois.

Je sursaute ! Je ne peux pas bouger. Une cravache s'est abattue sur mon sexe. C'est la nuit et pourtant, la cible est touchée ! Une pluie de petits battements s'échouent sur ma rivière. Et les pincements qui reviennent en même temps ! J'essaie d'échapper à ce traitement en me contorsionnant, rien n'y fait. J’ai le mont de vénus en feu, les lèvres gonflées.

Enfin, la geisha est libérée de ses accessoires. Une main ferme et douce à la fois vient explorer ma grotte grande ouverte. Je mouille terriblement…

Des lèvres frôlent mes lèvres. Ce sont les vôtres. Je les reconnais. Vous me caressez la tête doucement et me parlez à l’oreille. La main poursuit son œuvre comme si elle n’était pas à vous. Pourquoi ces mots ? Détends-toi, sois ouverte, accueillante, fais moi honneur….

Et puis soudain… mon sexe envahi, un pal vigoureux me pénètre. Ce n’est pas vous !!! J’essaie d’échapper à cet invasion, rien n’y fait !!! Et toujours vos mots qui m’apaisent !!! Je suis labourée sans ménagement, quelle ardeur cet inconnu !!! Ses mots à lui… d’une crudité sans pareille… A présent, je suis ce qu’il me dit… Mon sexe parle au sien, l’accueille et l’avale goulument.

 

Toutes mes barrières tombent ! Vous le sentez. Et très excité par cette scène nocturne, vous  quittez notre tête à tête et me proposez un superbe tête à queue. Je vous lèche comme une chienne, la langue sortie, je lape ! Votre queue, vos couilles !

Prise par deux doms, je l’ai fantasmé souvent… Vous et inconnu, mon rêve… Pourvu que la lumière ne se fasse pas ! Je ne veux pas le connaître !

Les mains, les pieds libres maintenant, la chatte et la bouche vidées de vos sexes, vous me demandez de faire apparaître la lune. Une lune pleine dans une nuit d’hiver… Cela va vous inspirer !

Jeu de cravaches à quatre mains. Je n’ai pas un instant pour souffler ! Vous alternez la caresse et la dureté. Mes fesses ! Elles seront bleues encore ! Une couleur qui me plait bien finalement.

 

Cambre-toi ma chienne ! Montre-nous ton petit trou. Je me repositionne comme il convient. Les sifflements des cravaches se sont éteints. Une main vient explorer ma croupe, devient invasive. Travaille la souplesse de mon entrée. Et soudain, sans autre préparation… une poussée ! Je m’accroche aux barreaux du lit. Je n’avais pas imaginé qu’ils seraient un soutien pour moi. C’est vous qui me prenez ainsi, je le sais. Je le sens. Fermeté et soumission. Caresse et jouissance. J’aime votre semence en moi. Votre convive ne demande plus rien mais je sens sa chaleur se répandre sur moi.

 

Silence… La porte s’ouvre et se ferme aussitôt. L’attente à nouveau. Vous revenez au port. Je m’écroule sur le lit épuisée et heureuse en sécurité entre ses barreaux et dans vos bras.

Par Emoisdelle - Publié dans : Fantasmes - Communauté : Soumission et appartenance
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Images Aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés