Je dors si bien…

Je me sens épanouie aux côtés de mon Maître. Il y a maintenant bien longtemps qu’il m’accepte dans son lit et je me suis faîte à sa présence. Je me suis aussi bien conditionnée pour ne pas le déranger, respecter son espace. Et puis, j’aime entendre son souffle, il me berce et m’apaise.

Je ne rêve pas, du moins je ne me souviens pas de mes rêves, mais je suis sûre qu’ils sont emplis de sa présence. D’ailleurs cette nuit, exceptionnellement, je la perçois, sa présence… Je la ressens dans mon sommeil. Sa main me caresse le dos. Douce caresse, légère. Elle m’effleure, ses doigts glissent discrètement, pianote sur mon omoplate.

Je suis endormie et pourtant, je la sens, cette main… lente progression sur mon épaule, presque aérienne comme une étole de soie, si fine. Que c’est bon ! Mon corps se détend vraiment. Ce rêve est vraiment très agréable.

Mais voici que mon désir amène la main sur ma joue, douce caresse… Tiens un des doigts se fait explorateur… Mon oreille… non !!! Pas mon oreille. Je bouge légèrement pour me soustraire à cette escalade.

Le doigt poursuit son périple et vient toucher mes lèvres. Hummmm c’est bien agréable ! Et puis voilà que le doigt explorateur se transforme en spéléologue. Même pas encordé, il écarte mes lèvres et tente une descente dans ma bouche, joue avec ma langue.

Cette fois-ci mon rêve me plait bien, je m’étire de bien-être.

 

Oh, oh ! Soudain, la main se retire et se fait pressente. Elle attrape ma tête et la tourne vers mon Maître. C’est un peu violent, mon rêve n’a pas le droit de me faire ça !

Mais non, je ne rêve pas. C’est mon Maître qui me réveille en pleine nuit.

Ses deux mains sont maintenant en action et me sortent de ma torpeur. Je grommelle un vague « Mon Maître…. ». Vaine tentative pour lui signifier que j’aimerais encore dormir.

Il enserre mes épaules et m’oblige à me retourner vers lui. Ma tête sur son torse, il tapote mon dos doucement mais fermement pour m’engager à me redresser. Je sais ce qu’il attend de moi. Je ne suis plus tout à fait endormie et remonte lentement en conscience.

Il veut que je sois sa chienne, son animale aimante.

Les bras cassés au coude, je remonte mon postérieur un peu difficilement, je ne suis pas trop agile qui plus est, quand je suis endormie.

Me voilà à quatre pattes, tout à fait éveillée et prête à assouvir les désirs de mon Maître.

Mes lèvres commencent leur office. Mille doux baisers frôlant son buste, mon souffle chaud s’approchant de sa bouche, échange de baisers savoureux.

Ma langue entre en action. J’aime gouter mon Maître, flairer son odeur, le lécher avec sensualité. Sentir son sel sur ma langue.

Pendant que je continue de le déguster, mon Maître engage sa niche à se mettre à sa portée pour venir caresser son con. Il est suffisamment humide pour lui laisser penser que ce réveil n’est pas si mal vécu. Baisers légers et souffle chaud se sont mués en léchage animal un peu sauvage. Les caresses du Maître n’y sont pas pour rien.

Sentant le désir profond de mon Maître, je quitte doucement son buste pour m’attarder sur son ventre, sa main n’atteint plus mon sexe qui continue cependant à palpiter de désir.

J’aime atteindre cette zone si intime, celle si proche de l’objet du désir, que tout y fait penser sans le toucher. Je continue de le goûter sans précipitation. Ces instants sont si sensuels. Et puis…

Et puis, ma main caresse.

Et puis, ma bouche capture.

Et puis, ma langue cajole.

Et puis… mon Maître me secoue, m’impose son rythme, m’attrape par les cheveux et me fait aller au plus profond de moi. Me soulève, puis me fait revenir sur lui. Je manque d’étouffer à plusieurs reprises. Je sens qu’il est le Maître, que je suis à son service. Je ne résiste pas, j’essaie d’assouplir mon cou pour que ma tête-objet le satisfasse totalement.

Elle le satisfait, je le sais, je le sens.

Il maintient ma tête fermement pendant qu’il m’abreuve de son nectar. Je n’ai pas le choix. Je suis tenue comme jamais.

Alors, je me résous, je le bois avec gourmandise. Pas une goutte ne m’échappe. Je finis mon ouvrage en le léchant doucement.

Je remonte doucement, je pose ma tête sur son épaule. Il me prend dans ses bras, m’embrasse tendrement. Nous reprenons le cours de notre nuit.

Tout à l’heure, je lui servirai le premier café…

Par Emoisdelle - Publié dans : La niche - Communauté : SM: Domination/Soumission
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Derniers Commentaires

Images Aléatoires

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés